Texte du concepteur du circuit ferroviaire.

LES CHEMINS DE FER RHETIQUES EN BRETAGNE
Dans les années 1960, L.G.B. mettait à la disposition des modélistes ses premiers matériels, à la confortable échelle du 22,5, conçus notamment pour circuler dans un jardin. D'emblée j'ai été séduit par les possibilités qu'offraient ces matériels et l'impact visuel qu'ils présentaient. Je me suis porté acquéreur d'une petite locomotive 020 , d'un locotracteur diesel "Shoëma" et de trois voitures voyageurs du "Mixnitz - Saint Erhard".
LOCO REVUE, en octobre 1969, invitait ses lecteurs à rechercher des solutions originales pour transformer du matériel LGB afin d'évoquer du matériel secondaire français. Dans son numéro 310 d'octobre 1970 la revue me faisait l'honneur de publier ma suggestion de transformer trois voiture, "Mixnitz" LGB à plates-formes d'extrémité, en deux voitures essieux de type secondaire français.
Mon engouement pour les trains de jardin n'a jamais cessé depuis lors.
Le rêve de tout modéliste ferroviaire est, bien évidemment, de posséder son propre réseau et de pouvoir y consacrer une grande partie de ses loisirs ce que ma profession de marin ne me permettait pas, de façon optimale en tout cas.
Aujourd'hui, retraité, je réserve une large part de mes activités au réseau que j'ai enfin réalisé en Bretagne, à Guimaëc, petite commune proche de Morlaix, en bordure de la baie de Lannion. Une, indubitable passion pour les chemins de fer entretenue depuis l'enfance, et notamment pour les lignes privées suisses, ainsi qu'un inoubliable voyage a bord du "Bemina Express" de Coire à Tirano ont contribué à la réalisation de ce réseau auquel il ne manque que les montagnes helvètes. Les travaux de terrassement ont débuté en 1996 par la réalisation de la plate-forme destinée à supporter la voie dont le tracé, eu égard au relief tourmenté du jardin, a nécessité un important déplacement de roches et de terre.

LES OUVRAGES D'ART - LA VOIE
- Deux viaducs, dont l'un qui comporte deux parties maçonnées en courbe, encadrant une travée métallique , franchit un bassin sur une longueur de près de 9 mètres pour une hauteur de 1 m 15. Une passerelle installée à l'intérieur de la travée métallique permet la circulation des ouvriers chargés de son entretien.
-un pont suspendu,
- un pont de moyenne importance
- et deux tunnels
permettent aux convois de s'affranchir des irrégularités du relief naturelles et parfois provoquées.
Quelques ponts supérieurs facilitent l'accès de la tondeuse à gazon aux pelouses qui bordent la ligne ainsi que le déplacements des visiteurs.
La ligne, comme son aînée, est à voie unique. elle dessert trois gares. Une gare principale comportant quatre voies a quai et deux voies de garage (bâtiment voyageurs et gare de marchandises), une gare de moyenne importance permettant le croisement de deux convois et une halte.
Les rails et appareils de voie - climat breton oblige - sont en acier inoxydable ( A2 line des "Tréfileries des Vosges") fixés qui traverses L,G.B. mises en place sur un ballast de gravillon, de granit rose déposé sur une plate-forme en béton. (voir plus loin le paragraphe relatif au fonctionnement du réseau) Le réseau développe 175 mètres de voie.
La caténaire, réellement tendue, est en fil de cuivre.
Des profilés en H de laiton et d'aluminium ont servi à la fabrication des poteaux qui la supportent Les signaux, de fabrication maison, sont en place mais ne sont pas encore fonctionnels. Ils le deviendront intérieurement au moyen d'interrupteur à lame souple disposés sur la voie et de relais bistables.
Ce même dispositif est, par ailleurs, employé avec succès pour l'annonce automatique des trains en gare. principale (haut-parleur de quai)
Afin d'éviter la fastidieuse mise en place manuelle et le rangement du matériel roulant, les trains ont accès au sous-sol de la maison par une "chatière" percée dans le mur.
Les rames complètes y sont formées sur un faisceau de quatre voies.

LES BATIMENTS - LE DECORS
Le choix des bâtiments du commerce, à cette échelle, est très limité, aussi ai-je dû les construire moi-même. C'est ainsi qu'outre les gares, quelques châteaux, deux églises, une chapelle consacrée à "Notre Dame du Rail" et plusieurs bâtiments divers contribuent au réalisme du réseau.
A une exception près, ces constructions s'inspirent,, sans toutefois les reproduire à l'identique, de monuments et de bâtiments réellement existant.
Bien que leur environnement habituel soit la Suisse, plusieurs chalets et une gare le soulignent mes trains évoluent dans un décors parfois éloigné de l’Helvétie. Village des monts d'Arrée et architecture périgourdine n'étonnent pas ici les voyageurs du "Rhb" qu'on pourrait qualifier de "Réseau horticole breton"
Des horloges fonctionnelles sont installées sur les quais des deux gares principales.
Pour la construction des ouvrage, d'art et des bâtiments, je fais appel au ciment et j'envisage l'utilisation ultérieure du béton cellulaire. Le bois, plus, facile à travailler, aurait permis de souligner plus finement les détails architecturaux mais, il présente l'inconvénient majeur, même traité, de ne pas résister à l'action prolongée des intempéries.
Toutes les constructions comportent des éléments préfabriqués assemblés à l'aide de tiges filetées de 4 mm de diamètre et jointés au ciment pur.
Chaque élément est construit dans un moule constitué de cornières d'aluminium de 10, 15, ou 20 mm, selon l'épaisseur des murs souhaitée, fixées sur un panneau de contreplaqué ou d'aggloméré. L'emplacement des portes et fenêtres est, le cas échéant, déterminé dans le moule également à l'aide de cornières d'alu.
Le moule est armé avec du grillage de volière à mailles carrées de 14 mm, à l'intérieur duquel on coule un mortier plutôt gras, composé pour moitié de sable fin et de ciment. Afin d'éviter des bulles d'air, il convient de vibrer ce mortier sur lequel on dessinera éventuellement. et sans attendre son durcissement , pierres et reliefs divers.
Après séchage, démoulage, et mise en peinture mate acrylique des éléments, portes et fenêtres ainsi que leurs huisseries, confectionnées en plastique et plexiglas seront mises en place.
La végétation est essentiellement composée de conifères nains, de genêt, de plantes vivaces et de gazons, disposés dans des rocailles.
Deux bassins dont l'un reçoit l'eau d'une cascade agrémentent enfin le décors.

LE FONCTIONNEMENT
S'ils sont plus nombreux dans le sud et à l'est de la France, tels notamment "Ardèche miniature", "le jardin ferroviaire" de Chatte dans l'Isère et "les chemins de fer d'Esch" au Luxembourg, les réseaux de jardin, à ma connaissance en tout cas, sont rares en Bretagne, voire inexistants. Pour nombre de modélistes, le climat breton semble incompatible avec un bon fonctionnement du matériel en plein air.
L'humidité. qui au demeurant n'est pas l'apanage de la Bretagne, peut être, en effet, source d'ennuis dans le cas d'une alimentation des machines par la voie si celle-ci est réalisée avec des rails en laiton, métal qui a une fâcheuse propension à s'oxyder, oxydation qui se traduit par le dépôt d'une fine couche noirâtre qui nuit à la bonne conductibilité électrique du rail. Bien sûr il est possible d'éliminer ce dépôt à J'aide d'un wagon ou d'une machine "nettoyeur de rails" mais dont, à J'expérience, l'efficacité est aléatoire, ou encore par décapage manuel qui relève de l'exploit lorsqu'il s'agit de traiter près de deux cents mètres de voie.
Dans ce cas, une alimentation embarquée avec radio commande résout parfaitement le problème.
Pour les inconditionnels de l'alimentation par la voie, dont je fais partie. l'utilisation de rails en acier inoxydable (A2 line des "Tréfileries des Vosges") qui peuvent se substituer parfaitement aux rails laiton sur les traverses LGB permet de s'affranchir des nuisances dues à l'oxydation. Par temps de pluie, on constate une légère diminution de la tension en ligne qui n'a cependant que peu d'incidence sur le bon fonctionnement du matériel moteur. La ré alimentation électrique du réseau en six points différents permet, en outre, d'obvier à ce léger inconvénient,
L'alimentation par caténaire, sur mon réseau, est bien fonctionnelle mais rarement utilisée. Pour un fonctionnement optimum.. il me faudrait modifier les machines afin que le retour du courant se fasse par toutes les roues. Dès lors que mes locomotives se satisfont d'une alimentation par les deux files de rails, je n'en vois pas la nécessité.
Situé à quelques centaines de mètres de la mer, le réseau est particulièrement exposé au vent, ce qui est sans incidence sur le décors (bâtiments, ouvrages d'art mais qui interdit toute circulation des trains lorsque le vent dépasse 50 km/h ce qui arrive fréquemment en hiver sous peine de voir voitures et wagons quitter brutalement la voie.
On observe, par ailleurs, une oxydation plus marquée de la caténaire sur la partie du réseau exposée aux embruns.
Le réseau, qui garde un caractère privé, peut être, visité, sur rendez-vous. Un enregistrement vidéo est présenté, à cette occasion, aux visiteurs qui peuvent ainsi embarquer virtuellement en cabine de conduite de l'une de mes locomotives, pour un "accompagnement" sur l'ensemble du réseau. A cet effet, pour les prises de vue, un caméscope a été placé sur un wagon plateau poussé par la locomotive. Le réalisme des images est saisissant.
Le réseau enfin, est accessible aux petits animaux des bois et des champs. Lapins de garenne et hérissons s'y donnent rendez-vous la nuit, jusqu'aux premières lueurs de l'aube, sans jamais causer de dommages aux installations. Une couleuvre a même élu domicile sous un tunnel l'été dernier. Ma petite chienne coton de Tulear, quant à elle, fait preuve d'une parfaite indifférence à tout cet environnement ferroviaire.

LE MATERIEL MOTEUR ET REMORQUE
Si l'on excepte une automotrice Abe 4/4 et deux voitures à plates-formes d'extrémité de construction personnelle (utilisation conjointe du laiton et du PVC pour l'automotrice et du bois pour les voitures), le matériel roulant, tant moteur que remorqué, porte la marque "L.G.B", matériel dont la fiabilité est à toute épreuve et qui, à cette échelle reproduit fidèlement locomotives, voitures et wagons des chemins de fer rhétique. Une. dizaine de rames tant voyageurs que marchandises peut être mise en œuvre.
Le train de jardin.,.,., un loisir complet sans aucun doute, qui assurément a droit de cité en Bretagne.
De la conception du réseau à sa réalisation, à son fonctionnement, et à son entretien, il exige de son auteur, si celui-ci est le seul maître d'œuvre, comme c'est mon cas. des dispositions pour le bricolage polyvalent. Il faut être, en effet, successivement géomètre, terrassier, architecte, maçon, soudeur. électricien, électronicien mais aussi ... jardinier, et cette dernière aptitude est, dès les beaux jours, mise à rude épreuve.

B. G.